Panel

De quelle acceptabilité parlons-nous?

9h30 — 13 mars

Grand Salon, Pavillon Desjardins, ULaval

Depuis plus de 15 ans, la notion de l’acceptabilité sociale suscite débats et confrontations entre différentes perspectives du développement de notre territoire et de l’action publique
Concilier les intérêts des promoteurs, des institutions et des citoyens est souvent un exercice pavé d’embuches qui effrite la confiance entre les acteurs. Des questions s’imposent :

  • l’acceptabilité sociale se résume-t-elle à un exercice de relations publiques?
  • comment faire cohabiter l’intérêt privé et les intérêts des collectivités?
  • doit de veto des communautés : oui ou non?

Ce panel vise à mettre la table à une journée d’échange en abordant ces questions à partir de perspectives très variées de nos panélistes.

Panélistes

Dominique Ollivier

Présidente de l’Office de consultation publique de Montréal

Dominique Ollivier a une formation en génie et une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique. Elle possède plus de 25 ans d’expérience de travail en gestion, tant de projet que d’organismes, et en communications.

Elle a occupé différents postes au sein d’organismes sociaux, de cabinets ministériels au gouvernement du Québec (1995-2001) et au Cabinet du chef du Bloc québécois à Ottawa (2001-2006) avant d’assumer la direction générale de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICEA), de 2006 à 2011. Forte de cette expérience variée, elle a fondé en mars 2011, le cabinet conseil Ki3, spécialiste en communication stratégique, en recherche et en évaluation, notamment dans le domaine de la transformation sociale et du gouvernement ouvert.

Stéphane Dion

Directeur régional à l’Institut du développement urbain du Québec

Bachelier en relations industrielles de l’Université de Montréal, Stéphane Dion est président de Paradigmes affaires publiques, qu’il a fondé en 2007. Auparavant, il fut vice-président de la Chambre de commerce Montréal métropolitain. Depuis six ans, il s’implique dans la Fondation En coeur, une fondation dédiée aux enfants malade du coeur.

Marie-Ève Maillé

Consultante, chercheure et coauteure de «L’acceptabilité sociale : sans oui, c’est non»

Depuis 2016, elle agit à titre de consultante en médiation environnementale pour Notre Boite.

Spécialisée dans l’évaluation des impacts sociaux des grands projets, Marie-Ève Maillé est professeure associée au CINBIOSE (Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l’environnement) de l’UQAM. Elle est également coauteure de «L’acceptabilité sociale : sans oui, c’est non»